Je lui téléphone vers 11 h 30 lui proposant un déjeuner pour 12 h 45 le midi. Malheureusement il a une réunion qui risque de durer, je lui propose donc le lendemain même heure, il me répond d'accord.
Le lendemain je suis pressée de le rencontrer et jouer de tous mes atouts pour le séduire. Je me suis habillée de façon à le rendre fou (rire).
On se retrouve donc rue de Rennes dans un petit restaurant, j'arrive avant lui pour choisir une place tranquille à l'abri des regards.
Il arrive très classe dans un costume gris anthracite, chemise rose, il est très élégant, avec une rose blanche.
Je craquerai presque pour lui, mais il ne faut pas que j'oublie que je suis mariée et que tout cela n'est qu'un jeu. Lors du déjeuner nous discutons de choses et d'autres et au milieu du repas, je quitte mon escarpin et commence à lui carresser la jambe avec mon pied, remontant jusqu'à son entrejambe, je le vois rougir mais se laisse faire, cela m'excite de le voir ainsi. Il me carresse le pied discrètement puis une partie de la jambe. Humm que c'est bon.
J'ouvre discrètement un bouton de mon chemisier pour laisser entrevoir mon sein.
Il me fait signe de la tête, j'en déduis qu'il approuve et aime ce qu'il voit. Le repas se déroule comme si de rien n'était, je peux imaginer ce qu'il ressent en carressant son sexe avec mon pied. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, le repas se termine et il faut que respectivement chacun regagne son travail.
Alors nous payons l'addition, partons en direction de la sortie, discrètement il glisse sa main sur les fesses et au moment de me dire au revoir, m'embrasse tendrement.
Nous nous séparons, chacun de son côté, sans rien se dire juste au revoir, à bientôt peut-être.
J'ai adoré ce petit moment volé, cette envie de le séduire.
Je ne l'ai jamais revu. Il faut se dire que c'était juste un jeu...


Marie